Je l’ai trouvée rayonnante en l’apercevant, attablée au café El Dorado, sans aucune trace de maquillage. Maman d’un petit rouquin de quatre mois, elle semblait habitée par cette espèce de lumière propre aux femmes enceintes et aux jeunes mères. La maternité aurait-elle transformé Marie-Sissi Labrèche? À moins que ce ne soit la quarantaine? Sept années d’un mariage heureux? Le fait qu’elle se sente enfin en paix avec sa famille? Impossible de mettre le doigt sur la source de cet éclat, mais une chose est certaine: elle reste unique!

Comment s’est-elle retrouvée chez Boréal, qui a édité ses trois premiers romans?

L’accouchement de La lune dans un HLM s’est fait dans la douleur, son éditrice l’ayant renvoyée à ses devoirs à de multiples reprises avant que le déclic se produise. Elle raconte…

Marie-Sissi vient de publier une série pour ados à La Courte échelle, Psy malgré moi. Elle travaille présentement à l’écriture d’un scénario de film avec Charles Binamé tout en prenant soin de son fils, Charlie, né au printemps.

Notes de tournage: vous avez sans doute constaté que mes cadrages ne sont pas parfaits, que l’image est parfois floue… Quand je réalise les entrevues, je tiens la caméra à côté de moi afin que l’interviewé puisse me parler à moi et non à la lentille. Je jette parfois des coups d’oeil pour m’assurer que je ne suis pas en train de filmer seulement le mur (!), mais la plupart du temps, j’écoute et laisse aller la discussion. Dans ce cas-ci, nous avons terminé l’entretien dehors parce qu’il a été impossible d’éteindre la musique du café plus de quelques minutes. Je dois par ailleurs rester assez proche du sujet pour bien capter les propos puisqu’il est impossible de brancher un micro sur la caméra que j’utilise.

Publicités